ZARKANZAR: Ils valent des milliards de dollars
Blogger Tips And Tricks|Latest Tips For BloggersFree BacklinksBlogger Tips And Tricks
English French German Spain Italian Dutch Russian Portuguese Japanese Korean Arabic Chinese Simplified

R E C H E R C H E

articles et commentaires...

vendredi 21 janvier 2011

Ils valent des milliards de dollars

Sergey Brin et Larry Page, les Google Boys

Quand deux potes de fac décident de concevoir un petit moteur de recherche, cela donne Google. Mais Brin et Page ont-ils pour autant connu un destin semé de trahisons et de coups bas ?

Les grandes entreprises du web et de l’informatique se sont souvent formées sur les cendres de rencontres opportunistes ou d’amitiés laissées sur le bord du réseau pour continuer un chemin vers le succès dans la Silicon Valley. C’est le cas de Bill Gates avec Microsoft, de Steve Jobs avec Apple ou encore de celui qui agite l’actualité, Mark Zuckerberg et son Facebook. Et puis parfois, on trouve des alliances, qui perdurent en plus. C’est le cas de Google, issu de la synergie intellectuelle de Larry Page et Sergey Brin, entamée en 1995.
Sergey Brin de cervelle
Le petit Sergey Mikhailovic Brin, russe de naissance, pose le pied aux États-Unis en 1979, à l’âge de 6 ans. Fuyant un antisémitisme galopant à l’Est, la famille Brin s’installe dans le Maryland. Trois ans plus tard, premier ordinateur offert par papa et première histoire d’amour avec l’informatique. Mordu à vie par l’écran-clavier-souris, Sergey poursuit sa route jusqu’en Californie et l’université de Stanford pour tenter de décrocher un Master de mathématiques et d’informatique. Une formalité. Bien parti pour un doctorat, il n’ira pas au bout du cursus. Sa rencontre avec Larry Page en début d’année scolaire en 1995 va changer son itinéraire après qu’ils ont entamé des travaux sur un moteur de recherche internet. Son crédo ? Le « Data Mining » ou comment trouver le meilleur moyen de tirer des informations pertinentes à partir de milliards de données.  Bien plus à l’aise en public que Page, Brin, assure la partie « show » de l’entreprise mais reste rare.
Larry PageRank
Comme son futur binôme, Lawrence Edward Page est tombé très tôt dans l’enfer de la drogue informatique. Il faut dire qu’avec des parents professeurs d’informatique à l’université du Michigan, le terrain est propice. Bien plus tourné vers l’informatique pure que Brin, il déboule à Stanford avec un Master en ingénierie et informatique en poche et la volonté d’enchainer sur un doctorat. A son arrivée à la fac californienne, en 1995, il se voit faire le tour du propriétaire par un petit brun intello-génial, un certain Sergey Brin. Coup de foudre sur le campus ? Pas vraiment. Les premiers instants sont tendus, chacun des deux jeunes hommes apprécient l’intelligence de l’autre mais Larry et Sergey se reprochent tous deux une attitude prétentieuse. Discussions et débats, souvent à propos d’informatique et de recherches, aidant, Brin et Page deviennent pourtant un binôme inséparable. Attention, pas d’histoire scabreuse ici mais bien un flash cérébral. A tel point qu’ils lâchent peu à peu leurs thèses respectives pour se concentrer sur une idée folle issue de l’un de leurs innombrables débats : concevoir un moteur de recherche pour un internet décidément de plus en plus vaste. Moins dans la lumière que Sergey, Larry Page n’en est pas pour autant un personnage utra complexé. La preuve, le PageRank, le système de classement par pertinences des recherches sur Google, est initialement un dérivé de son nom. Chacun sa façon d’être un boute-en-train.
De Googol à Google
Le pari est risqué, en 1996, pour les deux thésards. Surtout, ils prennent, dans la conception de leur moteur de recherche, le pari de prendre à contre-pied les moteurs déjà existant, comme Infoseek ou Lycos et surtout AltaVista. Ce dernier capte l’attention du duo par son importance donnée aux liens. Ces fameux liens renvoyant vers une même info et qui feront l’une des bases solides de l’algorithme de la future star des moteurs de recherche. Sergey et Larry décident alors de combiner leurs dons – Page se spécialise dans la constitution de bibliothèques d’informations, de données et de fichiers en ligne – pour mettre au point un moteur sans faille. Pour cela, les deux hommes… téléchargent tous les liens d’Internet sur l’ordinateur de Larry.
Cette ressource gigantesque, Sergey lui applique sa science du Data Mining en établissant des algorithmes capables de dégager toutes sortes d’informations, de thématiques à partir de l’enchevêtrement de liens quand Page détermine l’importance d’une information en fonction du nombre et de la pertinence des liens associés (le fameux PageRank). Nous sommes en 1997 et leur bête de course de la recherche web est née et elle s’appelle BackRub. Nom qui évolue six mois plus tard en Googleplex puis Google, issu d’une faute de frappe du mot Googol, renvoyant au nombre 10 puissance 100 (référence initiale au grand nombre de données que l’on trouve sur le net).
Toujours unis dans la recherche
Lassé de n’en faire profiter que les étudiant de Stanford, les compères passe de google.stanford.edu à google.com en août 1998 et séduisent l’investisseur Andy Bechtolshein. Ce dernier met 100 000 dollars sur la table pour déverser Google dans le monde entier. Une somme versée en chèque au nom d’une entreprise qui n’existe toujours pas, les deux génies ayant trop la tête dans les algorithmes de leur bébé pour se charger de l’administratif…
Début 99, Google se voit augmenté de 25 millions de dollars supplémentaires via des spécialistes du placement à risque (c’est dire la confiance !), Kleiner Perkins et Sequoia Capital. Et pour alimenter encore plus la bête, qui sévit surtout sur Netscape, ils ont l’idée de la publicité. Mais pas l’intrusive ou la pop up, qu’ils exècrent. Voici la meilleure idée de la phase 1 de Google : le lien sponsorisé. Histoire de ne pas supporter la pression médiatique qui fait se déconcentrer de l’objectif, ils font entrer, en 2001, un troisième larron à la tête de l’entreprise de Mountain View : Eric Schmidt, ancienne tête pensante de Xerox, haute figure de la Silicon Valley. Les Google Boys refusent également la rétribution de sites web en échange d’un meilleur classement. En bons mathématiciens concentrés sur leur but initial, ils veulent la meilleur équité possible. Rien ne doit venir enrayer l’équation. Dès lors, Brin et Page jouent la montre tandis que le monstre grossit, sachant pertinemment que l’entrée en bourse sera une condition nécessaire au remboursement des investisseurs, qui pressent. Mais se lancer à Wall Street, c’est s’ouvrir aux viseurs de la concurrence. Finalement, Google entre au Nasdaq en 2004, non sans quelques désagréments administratifs (encore !).
Depuis, Sergey Brin et Larry Page continuent à déverser leur algorithme hyper changeant dans le plus de supports possibles, notamment avec Android, Google TV et Chrome. Toujours unis, les deux hommes font leur chemin sans l’ombre d’un nuage, se paient 1 dollars par mois (+ de très substantives stock options) et partagent quasiment le même fauteuil, pour 100 millions de dollars près, dans la classe des hommes les plus riches de la planète.
Et histoire de bien mesurer l’ampleur du monstre Google, voici une vidéo inventive réalisée en 2009 par Nick Scott, retraçant la success story de Google en 2 minutes:


--------------
Romain Thuret

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de poster un commentaire.