ZARKANZAR: Un gagnant du Loto achète sa boîte et sauve des emplois
Blogger Tips And Tricks|Latest Tips For BloggersFree BacklinksBlogger Tips And Tricks
English French German Spain Italian Dutch Russian Portuguese Japanese Korean Arabic Chinese Simplified

R E C H E R C H E

articles et commentaires...

lundi 7 février 2011

Un gagnant du Loto achète sa boîte et sauve des emplois

Cet ancien routier, heureux gagnant d'une cagnotte de 10 millions d'euros, a repris la société de transport où il travaillait. Cette dernière, qui était en liquidation, devait fermer ses portes et mettre au chômage une quinzaine de salarié.
Entre la fiction et la réalité, il n'y a parfois qu'un pas à franchir. Avec ses 10 millions d'euros en poche, le gagnant normand de la cagnotte du loto de septembre dernier l'a prouvé en faisant comme dans la pub de la Française des jeux: il a racheté sa boite et gardé son ancien patron.
Ce gagnant, qui souhaite conserver l'anonymat, ne l'a toutefois pas fait pour narguer son ancien employeur mais pour «éviter que 13 ou 14 gars ne se retrouvent au chômage», confie-t-il au Parisien ce lundi . En effet, la société de transport où il travaillait en tant que chauffeur routier était en redressement judiciaire au moment où lui raflait le pactole. Voyant sa PME sur le point de fermer ses portes, il n'a pas hésité à débourser quelques centaines de milliers d'euros de sa nouvelle fortune. «J'étais le seul repreneur potentiel, explique-t-il. En plus, le transport, c'est toute ma vie. On ne stoppe pas comme ça du jour au lendemain».
«Si je vois que je perds trop d'argent, j'arrête»
Aujourd'hui actionnaire à 100%, le millionnaire anonyme est devenu PDG. Son ancien patron, resté dans l'entreprise, conserve, lui, quelques responsabilités. Cet ancien fils d'ouvrier, chauffeur routier pendant près de 30 ans, affirme ne pas jouer au patron tyrannique avec ses anciens collèges et n'hésite pas à reprendre le volant en cas d'absence de l'un de ses employés. Le changement de tête au sein de la direction n'aurait d'ailleurs rien changé à leurs relations. Ses anciens collègues le «respectent» car «ils savent que j'ai été chauffeur comme eux. Les tournées, je les ai faites». Le quinquagénaire prévient toutefois qu'il ne jouera pas au super-sauveur indéfiniment: «Si je vois que je perds trop d'argent, j'arrête».
lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de poster un commentaire.