ZARKANZAR: L'Hôpital Américain de Paris bichonne les plus riches
Blogger Tips And Tricks|Latest Tips For BloggersFree BacklinksBlogger Tips And Tricks
English French German Spain Italian Dutch Russian Portuguese Japanese Korean Arabic Chinese Simplified

R E C H E R C H E

articles et commentaires...

mardi 14 juin 2011

L'Hôpital Américain de Paris bichonne les plus riches

Chambres de grand luxe, accueil personnalisé des VIP, infirmières aux petits soins… Dans cet établissement privé de Neuilly-sur-Seine, les patients sont traités comme des princes. Mais ils doivent y mettre le prix.


Un mois au service d'une princesse arabe : quand sa supérieure lui a révélé sa nouvelle mission, Caroline a d'abord cru à une plaisanterie. «En réalité, c'était très sérieux, raconte cette jolie infirmière aux yeux bleus, qui, depuis, a changé d'établissement. Je devais rester toute la journée devant sa porte au cas où elle ait eu besoin de soins urgents.» Et ça n'a pas raté : l'héritière a très vite fait appel à elle… pour l'aider à choisir des robes dans le dernier catalogue de Dior.

«Elle imaginait que toutes les Parisiennes avaient du goût, alors elle voulait connaître mon avis», se souvient la jeune femme. Quatre semaines plus tard, la princesse est repartie en lui proposant de devenir son infirmière privée. Caroline a refusé. Mais elle a tout de même reçu un généreux pourboire de 750 euros…

Bienvenue à l'Hôpital Américain de Paris ! Alors que ses homologues publics peinent à boucler leur budget, cet établissement privé hors norme, installé à Neuilly-sur-Seine, baigne dans un faste qui n'a rien à envier à celui des palaces parisiens. Créé en 1906 par des Américains et aujourd'hui accrédité par les autorités de santé des deux pays, il dispose d'une infirmière pour quatre malades (contre une pour dix dans le public) et de locaux somptueux. Quant aux équipements médicaux, Pet Scan, IRM dernier cri et robots chirurgicaux, ils sont dignes d'un CHU alors que cette clinique ne possède que 197 lits.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de poster un commentaire.