ZARKANZAR: La fin du monde approche?
Blogger Tips And Tricks|Latest Tips For BloggersFree BacklinksBlogger Tips And Tricks
English French German Spain Italian Dutch Russian Portuguese Japanese Korean Arabic Chinese Simplified

R E C H E R C H E

articles et commentaires...

vendredi 18 mars 2011

La fin du monde approche?

SOCIETE - Aux Etats-Unis, le séisme japonais relance le dialogue dans les sphères religieuses... 


Luc [21:10-11] «Une nation s'élèvera contre une nation, et un royaume contre un royaume; il y aura de grands tremblements de terre, et, en divers lieux, des pestes et des famines; il y aura des phénomènes terribles, et de grands signes dans le ciel»
Pour certains, les trompettes de l'Apocalypse résonnent déjà. Sur Facebook, les statuts type «11 septembre (New York), 11 janvier (Haïti), 11 mars (Japon)... Etrange. Luc 21-11... Etes-vous prêts?» pullulent. Sur Twitter, d'autres jouent aussi aux matheux: «11/09/01 + 11/03/11 = 22/12/12.» C'est sûr, les Mayas avaient raison. Les cavaliers sont au galop. Le dragon et la grande prostituée sont parmi nous. L'Armageddon est imminent.
Pas si vite. «Personne ne connaît la date exacte du retour de Jésus sur Terre», affirme à 20minutes.fr la pasteur Cecil Boswell, à la tête d'une petite église évangélique du Tennesee. Malgré tout, impossible, selon lui, de ne pas voir dans les catastrophes récentes «des signes envoyés par Dieu». «La parole de Jésus est claire», poursuit celui qui se définit comme «chrétien» (au sens américain du terme, c'est à dire proche de la doctrine protestante, considérant principalement que l'intermédiaire entre Dieu et l'homme est la Bible, et pas l'Eglise).
Y a-t-il plus de tremblements de terre?
Les chiffres, selon lui, montrent «une hausse de la fréquence des tremblements de terre violents». Faux, répond l'Institut géologique américain, qui affirme que le nombre de séismes majeurs est «relativement stable» sur les 100 dernières années, proche des prévisions de 18 annuels supérieurs à 7.0 sur l'échelle de Richter. S'il y a une hausse du nombre de victimes, c'est que les populations dans les zones à risques sont bien plus nombreuses qu'au siècle dernier, explique l'USGS. Sans compter qu'à l'heure de Twitter et des smartphones, le bruit médiatique des catastrophe ... L'article complet sur 20minutes.fr

1 commentaire:

Merci de poster un commentaire.